États d’âme d’une maman adoptive enceinte

Hey les girls !

Vous l’aurez compris, ça cogite un peu dans mon cerveau. Rien de bien méchant, juste des pensées, des réflexions bien enfouies qui refont surface.

Mon petit bijou éthiopien va avoir 4 ans la semaine prochaine. Depuis qu’elle est entré dans ma vie et l’a éclairée de son sourire coquin, je suis la plus heureuse des mamans. 

Il y a encore quelques mois, on parlait facilement de son adoption. De sa naissance dans cet autre pays où nous sommes aller la chercher, de ses premiers mois mois à l’orphelinat. Il y a un sujet, un peu plus difficile à évoquer, dont on n’a pas encore franchement parler, celui de sa mère biologique ( et son père bio, mais celui là, tout le monde le zappe souvent !). J’ai beaucoup de respect pour cette femme qui a donné la vie à ma fille et qui l’a soigneusement confiée pour que des parents prennent soin d’elle. Je pense à elle avec bienveillance mais toujours avec tristesse et un peu de douleur aussi, c’est pourquoi, ce thème est caché dans un tout petit petit coin de ma tête et quand je sors le dossier c’est toujours avec une sensation de malaise …

Seulement voilà, il y a une vie qui grandit en moi… il y a une Findusette qui donne des coups, qui réagit à la voix de son papa. Alors pendant quelques heures où le sommeil ne vient pas, je pense à mon aînée, aux coups qu’elle a donnés dans le ventre de sa mère de naissance. Et ça me fait pleurer. Ça me rend jalouse et envieuse. J’aurai tant aimé vivre ça avec elle… Ça grince un peu les rouages de mon cœur de maman. 

Mon petit bijou est ravie d’être grande sœur, elle dévore les livres et imagiers sur la grossesse … Vous voyez où je veux en venir ? Elle attaque les questions plus précises sur les graines, d’où le béée sort etc. Pour le moment, elle ne m’a posé la question « et moi j’étais dans ton ventre ? », mais je l’attends et la redoute. Il a quelques mois, j’aurai eu moins de mal à lui répondre, lui parler de sa mère de naissance, mais là, le fait d’avoir sa sœur qui pousse en moi me rend plus triste de lui dire « non chérie » … 

C’est bizarre l’esprit hein ! Mais le fait de dire à voix haute ou d’écrire ce ressenti m’enlève un peu de poids. Je suis allée voir la psy de la clinique, (je l’avais vu suite à ma FC puis à mes grosses angoisses du début de grossesse), j’y suis allée en pleine forme en demandant un peu ce que j’allais y faire mais dès que j’ai abordé ça, j’ai fondu en larmes … comme quoi …

Bref, j’attends les questions piquantes de mon aînée avant d’attaquer les histoires sur les graines qui en fait ne sont pas celles de papa pour Findusette, pour un peu que je gertrude à 40 ans, le petit troisième me demandera pourquoi il est pas adopté ou issu du don !

Bises les girls 

22 SA – News du Ptit Findus

Hey les girls !

Petit coucou pour vous donner quelques nouvelles au milieu de cette grossesse. Tout se passe bien, je suis enfin plus détendue, rassurée par les mouvements du ptit pingouin.

Je réalise tout doucement, disons que tous les 3-4 jours, y’a ce moment où je bugge un instant en me disant « p*t@in, on va avoir un bébé ! »

Hier a eu lieu l’écho-morpho, forcément le stress était remonté depuis quelques jours. Ptit findus n’était pas coopératif, il a fallu stopper l’écho, marcher 30 minutes et recommencer ! Mais le principal c’est que tout va bien, pas d’anomalies détectées, un beau bébé qui pousse bien. Soulagement et beaucoup de bonheur !

Ptit Findus s’avère être une Findusette 😍 ! Notre merveille qui fetera ses 4 ans dans quelques jours nous a juste dit  » bah, je l’avais dit moi, j’ai toujours raison ! ». Elle est ravie car nous réclamait vraiment une soeur, son papa a juste peur de bouffer de la reine des neiges pendant une demi-décennie encore !  Pour nous, après ce parcours, le plus important c’est bien que ce bébé soit en forme. On est sorti de l’écho, heureux, le fait de connaitre le sexe nous faisant réaliser un peu plus, et on a laché un  » on a réussi » (même si février est encore loin).

Je vous poste ce ptit mot, heureuse mais aussi un peu mal à l’aise, car je sais qu’il y a ces moments où je n’aurai pas pu me réjouir pour une autre. Je me rends d’ailleurs compte que j’ai été une amie nulle pendant les grossesse de mes copines mais je n’étais pas capable de ça, de m’y interesser, de vivre ça à travers elles, et je réalise aussi qu’elles m’ont épargnées même si pour elles, c’était peut-être pas évident. Des copines top quoi ! 

Je pense fort à vous toutes et croise fort fort fort pour les dpo-tiennes. Que votre bonne étoile brille fort ! 

Bises les girls et vive le don !