Mères pmettes : mettons-nous la barre plus haut ?

Bizarre ce titre ? Cela aurait pu être, « Avec notre vécu, sommes-nous plus exigeantes quant à notre maternité ? »  ou encore  » Avons-nous le droit de ne pas être épanouie à 800%, une fois ce bébé si attendu dans nos bras ? », ou plus simplement  » Suis-je la seule à avoir eu le baby blues ? »

Je m’explique et par avance je m’excuse si ce post peut blesser, je ne veux pas me plaindre la bouche pleine ou plutôt les bras remplis mais je me dit que je ne suis peut-être pas la seule à vivre les évènements de cette façon … enfin j’espère sinon ça veut dire que je suis la pire des mères !

Déjà pendant la grossesse, je ne me suis pas sentie rayonnante et exaltée, la faute au stress je pense, à la difficulté à réaliser que oui, c’était bien vrai, qu’on avait réussi à semer ce petit espoir. Du coup j’ai culpabilisé. C’est vrai, depuis mes 17 ans que je rêvais d’être enceinte, j’aurai dû me sentir comme Blanche Neige entourée de ces petits oiseaux qui sifflotent le bonheur non ?!

À la maternité, épuisée par l’accouchement, les douleurs, le manque de sommeil, les inquiétudes quant au poids du petit Trésor qui baissait, et au stress de ma Merveille qui avait du mal à vivre l’éloignement, bah j’étais pas sur un nuage. Donc j’ai culpabilisé.

De retour à la maison, il fallu prendre nos marques. Je scrutais cette petite chose si fragile et dépendante avec bonheur, incrédulité aussi. J’ai échoué à allaiter, enfin disons que j’ai tenu 3 semaines entre biberons, bouts de sein et tire-lait. En surfant sur WP, j’y ai vu beaucoup de mamans adepte du maternage, portage, cododo, allaitement … et des témoignages de mères béates dès le début de leur bebe miracle. Et moi, en comparaison bah je me suis sentie un peu nulle. Donc j’ai culpabilisé.

Je me suis posée mille questions, j’ai même culpabilisé parce que mon Trésor dort bien, tranquillement, dans son couffin près de mon lit. Figurez-vous qu’elle ne me réclame pas .. Elle ne pleure que très peu, boit et se rendort. Est-ce que ça voudrait dire qu’elle n’a pas besoin de moi, de mon tee-shirt de peau à peau, de mon écharpe de portage ? 

Bref j’ai culpabilisé de ne pas sentir épanouie à 800% comme d’autres…. et puis j’ai réfléchi. Je me suis souvenu qu’après l’arrivée de ma Merveille, j’avais tapé « baby blues post-adoption » sur le net, que j’avais mis un peu de temps à réaliser tout ce qui s’était passé, à apprendre à se connaître et à s’aimer. Je me suis souvenu qu’en  amour je suis un diesel, lente au démarrage et crescendo ensuite. Et ça m’a rassuré. 

Alors ce week-end quand j’ai bu ma première bière, oui j’ai culpabilisé d’avoir stoppé mon allaitement qui est loin de ce que j’avais rêvé, mais mon homme m’a dit judicieusement « déjà tu l’as vécu »! Et puis à la deuxième gorgée, je me suis dit c’est bon quand même la despé !

Du coup, j’essaie d’être moins exigeante avec mon rôle de maman, oui je l’ai voulu du fond des tripes ce Trésor, oui j’ai loupé l’allaitement, oui elle peut être bien sans être collée à moi, ça ne veut pas dire que je gâche quoique ce soit, que c’est moins beau entre nous  ! 

Petit à petit, on se découvre, le diesel chauffe d’un regard et mon cœur grandit encore et chaque jour davantage.

Publicités

36 réflexions sur “Mères pmettes : mettons-nous la barre plus haut ?

  1. Je crois que les mères en général se mettent la pression et culpabilise de ne pas être là mère qu’elle souhaitait être ou penser/rêver être. Passer du fantasme à la réalité peu faire mal. Ton homme à raison tu as allaitée certes pas autant que tu l’aurais souhaité mais tu l’as fais 3 semaines c’est toujours mieux que rien. Et si ton petit Trésor n’est pas aussi demandeur de toi c’est que c’est un bébé dit secure il est sur d’être aimé il sait que tu seras là pour elle 😉. Des bisous

    Aimé par 1 personne

  2. Ne pas allaiter, ce n’est pas un drame. Le plus important c’est que ta petite aille bien. Reste zen et elle le sera. Si tu es inquiète elle le sera aussi. Donc keep calm and quiet. Il n’y a pas de parents parfaits ; le plus important c’est l’amour que vous lui portez. Gros bisous

    Aimé par 1 personne

    1. Je me permets de réagir 🙂 Je suis pas sûre que le tempérament d’un bébé soit liée uniquement à celui de la maman.. Ma fille est très tonique et demandeuse depuis sa naissance, je me suis posée un tas de questions, j’ai beaucoup culpabilisé et au final, je crois que c’est juste sa façon d’être.. On est tous différents, pourquoi les bébés seraient tous les mêmes? D’ailleurs, elle a plutôt le tempérament de son papa 😀

      Aimé par 1 personne

      1. C’est vrai, à te lire je me dis que ce que j’ai écrit peut contribuer à faire culpabiliser la maman… Ce n’était vraiment pas le but. Je suis désolée si on a pu penser le contraire. Ceci dit, je pense malgré tout qu’une ambiance sereine contribue à rassurer bébé (et c’est sans doute plus facile à dire qu’à faire, j’en conviens aisément ;-)). C’est vrai dans tous les milieux et à tous les âges : soyez agressif avec une personne et elle le sera à son tour. Soyez détendu et votre interlocuteur sera apaisé. Ici le caractère de la personne n’entre pas dans les paramètres. C’est simplement son comportement à un instant T qui est mis en avant.

        Aimé par 1 personne

  3. C’est plutot rassurant que ton bébé soit calme et zen. Elle se sent en securité et tu lui apportes l’amour nécessaire meme si c’est pas en la portant H24 en cododo ou en l’allaitant. Tu fais des choix pour le mieux de ton bébé et il y aura plein d’autres fois où ce ne sera pas comme tu l’avais imaginé.

    Aimé par 2 people

    1. Oui, je me dis que si elle calme c’est qu’elle a tout ce dont elle a besoin, et elle est assez mignonne pour préférer s’endormir dans mes bras le soir pour me rassurer !

      J'aime

  4. Ce n’est pas parce qu’on a désiré un enfant pendant des années que c’est plus facile. Tu prends tes marques et tu t’adaptes à ton bébé avec vos caractères respectifs. Il y a certaines choses toutes simples, d’autres plus compliquées. Ne culpabilise pas (enfin je sais qu’en bonne maman tu n’arrêteras de te remettre en question) tout est « normal ». Bises

    Aimé par 1 personne

      1. Exactement! et chaque couple parent/parent, parent/bébé est aussi différent ça crée des multitudes de possibilités et non pas 1 façon de bien faire et des mauvaises.

        Aimé par 1 personne

  5. Ma belle ! Comme je me reconnais dans ton article ! Moi non plus, je n’ai pas réussi à allaiter mes loustics, moi aussi j’ai fait peu de cododo, et quasiment pas de portage, et pourtant ils étaient toujours très paisibles, dans leur petit lit ou dans leur transat … Et pour moi aussi, les premiers mois suivant la naissance ne sont pas du tout synonymes d’épanouissement et de plénitude … De bonheur et d’amour qui débordent jusqu’à presqu’imploser, ça oui, mais avec des gros passages à vide genre « au secours j’ai envie de me tirer loin très loin, toute seule ! » … 😦
    Je suis certaine que tu gères très bien, de toute façon tu le dis toi-même : ton trésor est bien calme et semble épanoui, alors, que demander de plus ?
    Et j’espère que ta merveille se plaît dans son rôle de grande sœur …
    En tout cas, c’est certain, être parent c’est douter sans cesse, et ça ne s’arrange pas au deuxième enfant (voire c’est pire car il y a l’aîné à gérer). Je te rassure pas du tout là, hein ? 😉
    Douces pensées en tout cas …

    Aimé par 1 personne

  6. Moi j’ai tenu 5 jours l’allaitement et encore en complétant avec des bibs …. Mouahaha tu vois il y a pire 🙂 l’essentiel est de faire connaissance et de prendre tes marques à ton rythme ! Mes 2 amours sont aussi super calmes entre 2 bibs et dorment tranquilles sans avoir besoin de leur maman … Bon par contre c’est moi qui ait besoin de ma dose de bébé donc calinou un peu plus long le soir !
    Gros bisous ma belle et pas de stress tu es au top !

    Aimé par 1 personne

  7. La société nous pousse à croire que l’arrivée de bébé est un moment merveilleux et que nous sommes programmées pour ne voir que paillettes et licornes à son arrivée.
    Et bien j’ai souffert le premier mois. Physiquement et moralement.
    Et quand j’ai été assez au fond du trou pour tenter d’en parler à mes amies proches et à ma cousine, elles en ont toutes profité pour vomir leur mal-être du premier mois. j’ai arrêté de penser que j’étais la mère la plus nulle du monde et je me suis enfin considérée comme normale.
    Revers de la médaille, quand j’ai une proche enceinte d’un premier, j’ai tendance à noircir le tableau des premiers jours au lieu de la laisser dans son monde de bisounours.
    Ton article me déculpabilise une fois de plus de n’avoir pas été la maman épanouie que j’aurais dû être selon les critères actuels !

    Aimé par 1 personne

  8. il faut te dire qu’il y a autant de modes d’éducation qu’il y a d’enfants… Cerise pesait 1,9kg à la naissance et à la maternité on m’incitait à faire du peau à peau autant que possible. Alors autant je l’avais tout le temps sur moi la journée (c’était bien pour elle mais aussi parce que moi j’en avais besoin… Le fait que l’accouchement ait été déclenché, qu’elle soit si petite, que j’aie eu l’impression de ne pas avoir profité de ma grossesse etc.), autant la nuit on l’a tout de suite fait dormir dans son lit, dans sa chambre (babyphone collé à mon oreille certes). Elle semblait s’y plaire !
    Lorsque je la posais sur son transat elle ne me réclamait pas. Je ne la prenais pas avec moi dans la salle de bain pendant que je me lavais (contrairement à toutes les mamans autour de moi 😓 ).
    Aujourd’hui elle a 8 mois et jusqu’à preuve du contraire elle a l’air heureuse, tranquille et elle s’endort et dort très bien.
    Ah oui, et je te rassure, je suis aussi du genre gros diesel en amour, je n’ai pas « aimé » ma fille tout de suite, l’amour est monté semaine après semaine (oui, ça se compte en semaines !!!) et ça je l’ai très mal vécu car je me sentais aussi une mauvaise mère. Je me fais une raison cependant… Aujourd’hui je l’aime plus que tout au monde.
    J’espère que ça te rassure, tu n’es pas du tout la seule, nous fonctionnons toutes différemment, PMA ou pas d’ailleurs 🙂

    Aimé par 2 people

    1. Merci de ton témoignage, c’est rassurant de lire cela. J’avoue que d’avoir vécu ce sentiment à l’arrivée de ma grande d’Ethiopie m’a fait relativiser, quand je vois l’amour que l’on se porte aujourd’hui, je sais que tout s’écrit jour après jour avec Findusette 😍

      Aimé par 1 personne

  9. Ton article est la preuve que, quelle que soit la situation, on se pose un paquet de questions et on culpabilise! Ma fille est le contraire de la tienne, elle a de gros besoins depuis sa naissance. Il m’arrive de rêver de pouvoir juste la poser pour qu’elle s’endorme.. et de culpabiliser. 🙂

    J'aime

    1. Oh oui je te le redirai et rappelle-toi à ce moment là que ça existe le baby blues post-adoption. Avec ces montagnes russes d’émotions tout le long du parcours, le retour à une vie normale et heureuse peut être déroutant bizarrement !

      Aimé par 1 personne

      1. Oui j’en ai déjà entendu parler, et je pense que je n’y couperai pas : quelque soit les changements dans ma vie je passe toujours par une période de blues, ce qui est bien c’est que maintenant je le sais donc j’ai un peu plus de recul quand ça m’arrive, mais quand ce sera un baby blues ça risque d’être très déroutant comme tu dis.

        Aimé par 1 personne

  10. PMA ou pas, on voudrait donner le meilleur à son bébé, donc on culpabilise sans arrêt et ce n’est que le début ;-). Je dirais comme Maxelie « tout est normal »!
    Quant à l’allaitement, c’est souvent très compliqué et on n’est pas vraiment aidées pour ça dans la société actuelle. Je n’aurais pas tenu non plus si je n’avais pas été aidée. L’important est la relation que vous tissez petit à petit. Tu as l’exemple sous les yeux avec ta grande d’Ethiopie. Grosses bises

    Aimé par 1 personne

  11. Il me touche beaucoup ton article parce que moi aussi je culpabilise souvent. J’aimerai que tout soit parfait pour ma petite costaude… Mais la perfection n’existe pas…
    Pour l’allaitement, il y a parfois de grosses difficultés. Je n’aurai pas réussi sans l’aide de deux pros… C’est dire !
    Tu es une très bonne maman m’a jolie et vous formez maintenant une jolie famille où chacun va peu à peu trouver sa place ! ☺
    Plein de bisous

    Aimé par 1 personne

  12. Ces réflexions… Je m’y suis retrouvée ! En plus nos petits bouts doivent avoir à peu près le même âge.
    Maman PMA, j’ai eu l’impression que je n’avais pas le droit d’être triste, perdue, déçue, pas le droit de me plaindre… et ce n’était pas juste. En plus mon allaitement n’a pas marché, 3 semaines après la naissance mon fils allait bien mais ne prenait pas de poids. Et à l’introduction des biberons, il n’a plus voulu du sein. J’ai tellement culpabilisé d’avoir « affamé » mon bébé alors que je sais maintenant que non…
    Mais aujourd’hui je sais que mon bébé va bien et je le prends et je l’aime tel qu’il est et j’espère qu’il fera de même !

    Aimé par 1 personne

  13. La rencontre avec son bébé n’est pas un coup de foudre, c’est comme dans les relations amoureuses! quand la psy nous a dit ça quel bien ça m’a fait.
    La rencontre a parfois besoin d’un peu de temps ou pas.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s